منتدى الحِجاج

نسخة كاملة : Pour une sofiocritique
أنت حالياً تتصفح نسخة خفيفة من المنتدى . مشاهدة نسخة كاملة مع جميع الأشكال الجمالية .
Nous entendons par "mystocritique" une certaine approche critique inspirée de la mystique, abstraction faite de son objet: que ce soit un tableau de peinture, un poème, un roman, un texte philosophique, un proverbe ou n'importe quel autre objet qui puisse faire sens, et interpeller ipso facto l'herméneutique mystique. On ne s'attendra pas donc à une méthode descriptive ayant pour ambition de rendre compte de la structure et du fonctionnement interne de l'objet étudié, avec autant d'objectivité que possible, mais juste à un point de vue reconnu intuitivement comme étant un regard mystique jeté sur le monde.

Si depuis longtemps la littérature soufie , et plus particulièrement la poésie, a fait l'objet de plusieurs approches critiques, l'approche critique soufie, elle, est restée malheureusement dans l'ombre. Alors que la simple lecture des "Illuminations Mecquoises" d'Ibn Arabi, pour ne citer que cette œuvre rien célèbre, laisse sentir que ses commentaires sur une poésie arabe originairement non soufie émanaient d'une approche originale qui n'attendait que de recevoir un nom qui laisserait sentir son autonomie. Nous croyons qu'il serait très intéressant de reprendre ce souffle akbarien dans nos commentaires, en lui donnant toutefois un aspect moderne et universel. La mystocritique, ou plutôt "la sofiocritique" - pour être plus précis, puisqu'il est question ici d'un contexte arabo-musulman- serait ainsi une contribution à ce mouvement d'élargissement du sens auquel participent plusieurs philosophies afin de sauver le monde moderne de son étouffante crise de sens.

Mais qu'est-ce que la sofiocritique? Si son objet n'est pas exactement défini, ni sa méthode non plus, on espère au moins définir approximativement son angle de vue. Sinon à quoi pourrait-on reconnaître un point de vue sofiocritique, et le distinguer d'un autre qui ne le soit pas?

La question est certes pertinente, mais la réponse n'est pas évidente. Il faudra définir au préalable ce qu'est le soufisme, ce qui est loin d'être facile. Cependant on peut avancer, avec assez de certitude, que la sofiocritique pourrait être fondée sur deux principes qui semblent faire l'unanimité entre les soufis.

1- Selon l'esthétique de la réception soufie, toute parole humaine serait une émanation de deux instances, l'une humaine et l'autre divine. Dès lors la sofiocritique serait l'art d'écouter La Parole Divine manifestée dans toute parole humaine. Bien entendu, chacun saisira cette Parole selon la force de son intuition.

2- Quand le soufi écoute une parole humaine, il arrive à y faire la distinction entre le sens humain et le sens divin. Ainsi la sofiocritique serait toujours appelée à mettre en évidence le double sens, voire la multiplicité des sens. Mais focalisée sur la seule instance humaine, elle serait invitée à révéler en-dessous du sens apparent, un autre sens caché émanant non pas de la conscience mais d'une zone plus profonde, souvent inconsciente, dite en arabe le "batin": notion difficile à cerner que d'aucuns traduisent par " le secret", entendre le secret de l'âme humaine. Il faudra toutefois signaler que l'accès à ce sens ésotérique n'est pas à la portée de tous. Seuls les maîtres réalisés peuvent le saisir à bon escient. Ces derniers ont en effet élaboré toute une psychologie spirituelle témoignant d'une profonde connaissance de l'appareil trop compliqué de l'être humain, beaucoup plus compliqué que la topique feudienne.

A partir de ces deux principes, et d'autres non moins importants qui seront élucidés plus tard, la sofiocritique nous semble promettre généreusement un sens toujours original et inépuisable. Mais il reste de savoir comment.

NB